La tristesse... Parlons-en

Après les derniers partages sur la joie, l'amour, l'évolution... Aujourd'hui je me dis qu'il est temps de faire une place à la tristesse aussi... 

Ces derniers temps en consultations, revient souvent ce sujet de la tristesse, Dans le fait qu'elle n'est souvent pas accueillie comme elle le devrait. La question est comment accueilles-tu la tristesse qui te traverse parfois ? Sais tu la reconnaître lorsqu'elle se montre  ?

- Laisse-là tu vite filer pour ne pas entendre ce qu'elle a à te dire ? 

- La mets tu "sous le tapis" comme je le dis souvent ? 

- Fais-tu autre chose pour ne pas y penser ? 

- Es-tu de ceux qui la transcende en colère sans même s'en rendre compte ? (La colère ayant été trop longtemps assimilée comme "socialement plus acceptable") ... 

- Ou prends-tu le temps d'observer cette tristesse, d'entendre ce qu'elle a à te dire, d'où elle vient et quelles sont ses racines réelles ?  

- Sais-tu recevoir cette tristesse comme tu accueillerais un petit enfant perdu et chagriné ? 

Alors oui, je te pose beaucoup de questions ici mais elles sont là justement pour t'amener à mieux connaitre ton rapport à cette émotion. 

Se connaitre est si important... Connaitre son rapport à ses émotions... 

Crains-tu que la tristesse soit une faiblesse ? Quelles sont tes croyances

à ce propos ?... 

Et si tu commençais à te réconcilier avec l'accueil de la tristesse...

Penses-tu réellement que c'est déjà ce que tu fais lorsque celle-ci

se manifeste ? 

 

Alors je te dirai simplement que OUI il est important de prendre le temps de la reconnaitre et de l'accueillir cette tristesse.

Il ne s'agit pas de pleurer 3 mois et d'être effondré. Il s'agit juste de prendre un temps, comme un engagement avec soi-même pour ne pas banaliser, minimiser ce qui se passe dans ton corps émotionnel.  

Alors bien entendu en fonction de ton corps dominant (mental - énergétique - physique ou émotionnel), ton rapport à la tristesse sera différent mais tout un chacun que nous sommes, nous avons besoin d'entretenir ce corps émotionnel, en prendre soin, l'aider à être dans une juste fréquence.  

 

- Peut-être es-tu de ceux qui ont besoin de prendre un vrai temps pour laisser les larmes s'exprimer comme elles ont besoin de s'exprimer, 

- Peut-être es-tu plus à prendre stylo papier (ou ton ordi) et l'écrire pour avoir un espace d'expression,

ou 

- Peut-être préfères-tu mettre tes baskets et courir, 

- Peut-être au contraire la non action t'appelle davantage et tu opteras alors pour un moment canapé-plaid-glace ... 

 

Qu'importe en vérité, l'important étant simplement d'observer cette tristesse

et de mettre en place ce qui te correspond le plus pour la respecter. Un temps

d'expression est nécessaire alors quel que soit le moyen qui te convient le plus,

mets-le en place. 

Cela permettra que cette tristesse ne se cristallise pas en toi, ses effets dans le

corps peuvent être si néfaste (oppression, insomnies, angoisse, somatisation,

épuisement physique... et la liste est longue). 

 

 

 

L'idée est vraiment de regarder avec le plus d'honnêteté possible ton état intérieur et sans t'y confondre, juste prendre le temps d'écoute nécessaire pour cet aspect de toi qui cherche à s'exprimer.  

J'oserai te dire n'en aies pas peur. Elle veut juste être reconnue pour s'apaiser vraiment. 

A travers les questions posées dans cet écrit tu y trouves déjà quelques clés pour prendre ce temps d'observation honnête avec toi même. Ton corps émotionnel t'en sera grandement reconnaissant crois-moi . 

 

Alors laisses tes fausses croyances être dissoutes.

L'accueil de la tristesse :

- ça n'est PAS tombé en dépression,

- ça n'est PAS être faible,

- ça n'est PAS s'installer en victime,

- ça n'est PAS être passif.

C'est le respect de ce que tu vis intérieurement, c'est lui donner un espace d'expression pour qu'elle se dissipe rapidement et que tout s'apaise de nouveau en toi. 

Tu verras qu'être vrai avec ton monde émotionnel c'est te placer autrement face aux situations que la vie peut te donner à vivre. Car véritablement il s'agit là d'une grande force et non l'inverse ! 

Alors je te souhaite de faire alliance avec tes émotions et être prêt à

reconnaitre tes états de tristesse (et les autres) afin de les apaiser et les

réconforter comme il se doit.

Ton épanouissement en sera encore plus authentique et plus grand, car

je te le rappelle, Cette reconnaissance est ta force. 

(Et, tu te doutes bien que ce que je t'écris là pour la tristesse est aussi

valable pour la colère....)

 

Comme à chaque lettre-article je te dirai, que si tu penses que cette lecture ferait du bien à quelqu'un dans ton entourage n'hésite pas à le partager. 

 

Je te souhaite le meilleur !

 

Katia.

 

 








 

unnamed.jpg
unnamed (1).jpg
unnamed (2).jpg
logo.png